24.12.2014

Le muscat de noël au Domaine Bousquet

P1000088.JPG



Très vite après les vendanges, des vignerons catalans, de plus en plus nombreux, s’inscrivent dans une autre course celle de la production du muscat de noël  devenu l’incontournable des  fêtes de fin d’année.  Pour la première fois cette année, le Domaine Bousquet a décidé de répondre à ce challenge. C’est sous l’impulsion de Benoit le fils de la maison que les 1200 bouteilles ont été commercialisées cette année.  D’une robe brillante et quasi transparente, le muscat 2014 développe toute la puissance aromatique de ce terroir fabuleux  et le jeune représentant du Domaine a déjà tout le vocabulaire adéquat pour vous donner envie d’y goûter. Tout récemment, en juin dernier  Benoit  âgé d’à peine 20 ans, a été promu au rang de technicien supérieur en œnologie-viticulture. A partir du 1er janvier 2015 il va pouvoir définitivement  aider son père et son grand père  sur l’exploitation.  L’apport de sa douzaine d’hectares amènera   la propriété familiale autour des  50 au total. Elle permettra de compléter la gamme en cépages Merlot, Carignan et Marselan, de la plaine pour renforcer la demande de vrac notamment. En parallèle Benoit propose de s’investir dans la vente directe. C’est ainsi qu’il revient de deux salons à Revel et à Monaco où les contacts avec la clientèle   ont été très prometteurs et le muscat très apprécié. Ces expériences l’encouragent à continuer dans cette voie car dit –il «  le contact avec les consommateurs est plus valorisant, on  peut mieux leur répondre sur ce que l’on fait, sans intermédiaire, les gens apprécient beaucoup plus ». Les productions du Domaine sont régulièrement récompensées par des médailles (2) c’est ce qui pousse le jeune exploitant à impulser  la sortie de  deux nouvelles et mini cuvées   commercialisée dès ce début d’ année : 1200 bouteilles pour un CRV « cuvée excellence » et 600 pour un Rivesaltes Ambré de 10ans d’âge (3).  En parallèle, il a compris l’importance d’une communication plus moderne et travaille pour la mise en place d’un site internet où les clients du Domaine pourront retrouver la présentation des vins , de l’exploitation familiale, du terroir et bien sûr commander. Enfin la rénovation du caveau sera également un des chantiers de l’exploitation familiale avec  le désir  de Benoit  Bousquet d’organiser des soirées concert - dégustation . Autant de projets déjà bien avancés  et qui ne font que s’inscrire dans la continuité d’un travail consciencieux et de qualité de ses parents et grands- parents qui ont fait le choix depuis 2001 d’une culture raisonnée où le désherbage chimique a quasiment disparu et où l’ensemble des autres traitements sont modérés.(4)

Hélène Pons Gralet, décembre 2014


(1):  8 euros, prix de vente au caveau
(2) : notamment le CRV Latour de France  4 médailles d'or (à Brignoles, Concours des Grands Vins du Roussillon, COncours Mondial de Bruxelle, Concours général Agricole )
(3) : CRV « cuvée excellence »  vinifié en barrique, d’un élevage de 15 mois et assemblage des 4 cépages : Syrah, Grenache, Carignan et Mourvèdre au prix de 15 euros et Rivesaltes Ambré de 10 ans d’âge à 10 euros
(4) :  Domaine Bousquet : Monsieur Franck BOUSQUET (le père) 3 bis, Avenue Henri Barbusse. 66310 ESTAGEL. Tel. 04 68 29 19 89.

06.09.2014

Un excellent millésime en préparation au Domaine des Schistes

P1010191.JPG



Depuis quelques jours, les vendanges  ont démarré  à Estagel  avec la cueillette des divers cépages en blancs notamment. Ce jour là , au domaine des Schistes, Mikaël Sire réceptionnait  à la cave les premiers raisins rouges pour le rosé. Titulaire du BTS œnologie viticulture de Montpellier, il co gère avec son père depuis 10 ans déjà, les 50 hectares du  Domaine familial. Nadine et Jacques les parents ont réuni les propriétés de leurs   familles  respectives : SIRE et MAJORAL pour donner aujourd’hui ses lettres de noblesse au Domaine des Schistes, l’un des plus coté du département.  Dans cette exploitation résolument familiale on a très vite choisi l’excellence  en cave et en vigne pour exprimer toute les palettes aromatiques de ce fabuleux terroir et particulièrement celui de Tautavel.  C’est là que le jeune vigneron avec son père ont choisi leurs  hauts de gamme :   « Terrasse du Mas de las Fredes » en blanc et en rouge et le « Coumeille »  un 80% syrah  et 20% grenache (1). Les deux tiers de la  production du Domaine sont ainsi mis en bouteille le reste est vendu en vrac mais en dehors du négoce directement à la propriété.P1010196.JPG La notoriété du Domaine des Schistes n’est plus à faire et avec elle, celle des CRV Tautavel, Maury et Rivesaltes qui par son intermédiaire se retrouvent chez  autant de cavistes et restaurants de renom en France et à l’étranger ( 45 % de la production part à  l’export). Et ce n’est pas tout : véritable fleuron de la Vallée de l’Agly le Domaine a amorcé un virage dans la culture biologique auquel  Mikaël n’est pas étranger et il  le revendique : « impossible pour moi d’imaginer poursuivre l’utilisation des produits chimiques.  La culture biologique est la continuité du formidable travail sur la qualité qu’ont pu faire mes parents jusqu’ici . Le futur c’est le bio ! ». Mikaël est aussi de cette génération qui aujourd’hui tire les leçons des erreurs passées  et non seulement  il s ‘inscrit dans le renoncement à un productivisme forcéné «  notre choix c’est la qualité , seulement les  3 hectares de la plaine sont vendangés à la machine »  dit-il,  mais c’est aussi  la diversification puisque cette année pour  la première fois une bouteille d’huile d’olive sortira  du Domaine . Pour finir sachons donc écouter ce  professionnel, passionné  quand il nous confie  que «  cette année le climat un peu particulier donnera des vins eux même très typés. Le mois d’août étrangement frais et l’arrière saison très chaude vont  contribuer  à  l’aboutissement de vins plutôt équilibrés avec des degrés d’alcool plus faible que d’habitude et une acidité très correcte » . Un excellent millésime donc, …à bon connaisseur, salut.


Hélène Pons Gralet , septembre 2014

(1)    les vins du domaine :Vin de Pays Merlot 6euros  et Marselan 7 euros, Rosé syrah : 6 euros, « le Bosc Blanc » 7 euros : grenache blanc/macabeu/vermentino,  en rouge : « Tradition » : grenache noir/carrignan 9 euros, les Terrasses :  Côte du Roussillon Blanc : Grenache Blanc/Gris/ Macabeu à 14,5 euros  et  en rouge, un  CRV Tautavel : Syrah/Grenache et Carignan à 14 euros, « La Coumeille » Syrah/Grenache  23 euros, en VDN : Muscat : 8 euros, Rivesaltes Ambré méthode Solera  15 euros , Maury « Cerisaie » 13,5  et un Rancio Sec 15 euros

 

01.02.2014

La bénediction du vin nouveau

P1070190.JPG

Dans le cadre des festivités de la Saint Vincent  la traditionnelle manifestation religieuse de bénédiction du vin nouveau s'est déroulée à la chapelle dominant le village. C'est l'occasion d'une rare célébration dans cette magnifique église de l'art roman où cette année encore le prêtre Patrice Renier a officié une messe pour bénir l'ensemble des échantillons de vin apporté par les caves particulières et coopératives du village. Ces precieux nectars sont alors recueillis dans un petit tonneau de bois qui  trône devant l'autel . Le tout est largement décoré par les bénévoles qui avant et pendant la cérémonie s'activent pour faire perdurer cette tradition. A la fin de la messe les fidèles procèdent à la vénération des reliques de Saint Vincent. La chorale peut alors entonner les « goigs » dédiés au patron de la Paroisse et des vignerons. AInsi le vin des caves d'Estagel porté par cette forte croyance populaire, sera assuré d'être toujours d'aussi excellente qualité. Les participants vont d'ailleurs pouvoir en juger tout de suite en partageant le verre de l'amitié offert par la paroisse et les vignerons.


Hélène Pons Gralet, janvier 2014

16.12.2013

Françoise Delmon dédicace son conte de noël

 

P1010072.JPG

C’est à la demeure Saint Vincent d’Estagel, que Françoise Delmon a dédicacé  son troisième ouvrage « La craie dans la neige ». Dans ce roman de noël, l’auteur y met une touche de fantastique et beaucoup de réalisme pour nous décrire le cheminement d’un jeune « sdf » qui reprend goût à la vie. Avec sa verbe écrite toujours très picturale (d’ailleurs le héro est lui-même peintre), Françoise Delmon réussit a nous captiver une fois encore. Elle choisit un genre nouveau . Après le roman historique du « silence peuplé » ou le  polar  dans «  le sourire des anges », elle s’essaie aujourd’hui à un écrit plus léger mais où la maîtrise et la beauté de sa plume s’affirme toujours plus.AFFICHE_auteur[1].JPG On a d’ailleurs pu l’entendre ce soir là où dans le grand hall de la maison notariale, des passages du livres ont été lus, pour le plus grand bonheur des participants. Ces derniers ont d’ailleurs eu le privilège de découvrir les nombreuses pièces et superbes aménagements de  la maison d’hôte, guidés par Michèle Henry la propriétaire. La soirée fut également l’occasion de goûter le traditionnel muscat de noël et les autres bons vins de la Vallée de l’Agly apporté par un vigneron local. Françoise Delmon a annoncé la sortie prochaine de deux autres ouvrages au printemps. EN attendant de pouvoir continuer à découvrir les autres facettes littéraires de l’auteur, vous trouverez son  conte de noël à la librairie Gomez d’Estagel qui a également, participé à la réussite de cette soirée.

Hélène Pons Gralet, décembre 2013

09.09.2013

conférences transfrontalières de Figuères sur les caves coopératives

Conference Figueres 033[1].JPG

Une rencontre transfrontalière du secteur coopératif viticole s'est déroulée, tout récemment à Figueres à laquelle la cave d'Estagel était conviée. A l'initiative de l'Université de Perpignan en collaboration avec celle de Gerona divers acteurs du monde viticole et universitaire se sont retrouvés pour présenter mutuellement les aspects innovants de leurs pratiques en vue d'améliorer les revenus des coopérateurs. AInsi la délégation française (1)a pu visiter la cave du village de Garriguella dans le Alt Emporda qui s'ouvre à la commercialisation d'autres produits agricoles locaux et s'est spécialisée dans la vente en produits transformés : produits laitiers, légumes secs, conserves...L'innovation dans cette structure qui exploite 225 hectares, met sur le marché 9000 hectolitres de vins produits par une soixantaine de coopérateurs, reside également dans le choix d'installer un restaurant gastronomique valorisant ces produits du terroir. Ces initiatives rencontrent un énorme succès et assurent un complèment non négligeable aux coopérateurs. Pour la cave des Vignerons des Côtes d'Agly, Yahh Fangeat, technicien a décrit «une autre manière de concevoir l'innovation dans  la stratégie pour entrer dans le marché du vin bio, avec pour objectif d'atteindre 12% de la surface en vigne de la cave à l'horizon 2016 ».Ces échanges fructeux entre acteurs et universitaires vont être prolongé à l'horizon 2014 à Saint Paul de Fenouillet. (2)
Hélène Pons Gralet, septembre 2013


(1) : délégation française composée notamment des Présidents des caves de Saleilles, Maury et des Vignerons des Côtes D'Agly pour les professionnels et de jean Benkhelil , Vice Président,  Frédéric Brajou, Directeur de la formation continue et Ludovic Servant, enseignant pour les universitaires de Perpignan
(2) les caves coopératives ou particulières qui souhaitent voir traiter certains sujets peuvent prendre contact avec Ludovic Servant

07.09.2013

Conférences sur 1907 à la CCAS

P1010001.JPG

Dans le cadre des semaines à thèmes organisées pour  leur bénéficiaires par la CCAS d'Estagel, le nouveau Directeur a invité toute la saison, diverses personnalités du monde politique et scientifique local pour des conférences sur l'écologie, le petit train jaune, etc...Georges Athiel insiste , en effet, sur l'idée « qu'il est important que les personnels en vacances puissent également en profiter pour débattre et échanger avec des experts sur des débats d'actualité ou des réalités locales » . Hier mercredi 4 septembre c'était, donc, au tour de Michel Cadé, historien, d'apporter sa contribution sur la crise de 1907. Une trentaine de personnes a suivi attentivement son exposé où furent évoquées les grandes manifestations de cette période, les figures de tribuns de Marcelin ALbert et de Ernest  Frérroul, le maire de Narbonne, les manifestations gigantesques : de 100 000à Narbonne à 800 000 un mois plus tard, la bravoure des « piou piou du 17 ème » etc... Et au delà de ces images fortes connues de tous, ce qui restera de ce formidable mouvement nous apprend l'historien « c'est l'importance que prendront les femmes dans cette lutte ainsi que la prise de conscience des petits propriétaires/salariés dans une solidarité qui les amènera à généraliser le système coopératif. Il faut également souligner le rôle interventionniste de l'Etat qui va commencer à réguler le marché du vin par le contrôle de la chaptalisation, du mouillage, de l'utilisation de l'alcool etc... ». Après cet exposé enrichit des photos d'époques, les participants, toujours très  curieux, ont poursuivi l'échange avec l'universitaire autour d'un verre.
Hélène Pons Gralet,4 septembre 2013

05.09.2013

les vendanges ont démarré au village

P1010007.JPG

Il y a plusieurs années que les coups de sécateur en vigne ne coïncidaient plus avec ceux des crayons à l'école...Hier, le jour même de la rentrée scolaire les premiers muscats petits grains  étaient rentrés à la cave coopérative d'Estagel. Sur des zones plus précoces ces parcelles situées sur les communes de Peyrestortes, Pézilla ou Espira sonnent le rappel des vendanges pour tous. Dans la foulée les viticulteurs d'Estagel prendront le relais à la fois pour le muscat sec avec l'Alexandrie qui titre déjà entre 12 et 12°5 et le petit grain en VDN au dessus de 15°. Pourtant, le retard de maturité est bien là :  l'an dernier la cave ouvrait le 21 août contre le 4 septembre cette année ! Sous réserve que le temps reste sans changements, les apports s'étaleront cette année jusqu'au 20 octobre!  P1010006.JPGLa chambre d'agriculture remonte à plus de 15 ans un retard de maturité aussi important. Pour Franck Galangau, le Directeur la récolte s'annonce prometteuse. Il précise que «  sans aléas climatiques forts qui sont toujours à redouter, les nuits fraîches et les journées chaudes assurent actuellement un développement favorable des baies. Le raisin est ainsi sur le fruit, plein de fraîcheur et avec une note d'acidité intéressante ». Quant à la quantité, elle sera également au rendez vous . Le niveau historiquement bas de 25 000 hecto devrait être dépassé pour atteindre les 30 à 32. 000 cette année. Par ailleurs même si la machine à vendanger est toujours plus utilisée, le terroir de cette vallée de l'Agly s'ccroche sur de nombreux  côteaux qualitatifs, réfractaires à la mécanisation. La vendange reste donc l'occasion d'embauche de saisonniers importantes. Sur les différents sites de la cave coopérative également: une vingtaine de personnes sont ainsi recrutées au décuvage, pesage, contrôle des  fermentations, etc...Comme les années précédentes, 12 hectares cultivés en bio feront l'objet d'un traitement particulier. Vendus auprès de 3 gros clients, négociants, la coopérative a également, innové cette année dans la sortie d'une bouteille «  terrasse d'Agly » déclinée en rosé, rouge et bientôt blanc et vendue directement au caveau à la sortie du village. EN attendant, le raisin doit être rentré et l'impatience de ces derniers jours à fait place à la satisfaction d'une vendange plutôt saine et d'un temps adéquat pour la cueillette.
Hélène Pons Gralet, 5 septembre 2013