08.11.2011

Estagel, lieu d'étude innovantes sur la vie du sol

DSCN4025.JPG

Quatre étudiants de l’IUT de Perpignan encadrés par leur enseignant se sont récemment déplacés dans deux parcelles de vignes a Estagel dont le propriétaire a fait le choix du BRF . Guidé par Jacques Devineau, professeur de pédologie : Mignot Charlène, Cécile Hubert, Thomas Hugo et Aubin Allies ont effectué des prélèvements de terre. Leur analyse qu’ils mèneront ensuite en laboratoire permettra de mieux connaître l’évolution de ces sols sur la quantité d’azote, de  phosphore, mais aussi les éléments liés à  la biologie. Outre les classiques apports chimiques, il s’agit ici de pousser plus loin l’analyse de la vie du sol en vérifiant les organismes présents après le dépôt du BRF.

DSCN4014.JPG

Cette technique  dite de bois raméal fragmenté ou bois raméaux fragmentés (1) venue du Canada doit permettre en effet de rétablir un équilibre biologique rendant caduque l’utilisation d’engrais, désherbant et autres produits chimiques et offrant une humidité propice à nos climats  de sécheresse. C’est par l’intermédiaire de Daniel Henry, ingénieur agronome ayant travaillé au Canada et installé pour une retraite active dans notre village que cette expérimentation a vu le jour. Présent ce jour là pour accompagner les étudiants, il précise que ce « sont des analyses sur la vie du sol qui vont permettre de vérifier les organismes existants  dans le sol après le dépôt du BRF depuis 3 ans sur cette parcelle. Dans la forêt où les arbres poussent dans un BRF naturel, le sol est pauvre en azote pourtant les feuilles ne sont pas carencées.  Ce qu’il faut donc observer c’est l’équilibre biologique qui favorise  la circulation de l’azote notamment ».

Ainsi ce travail de recherche financé par le Sydetom et la chambre d’agriculture devrait permettre de dépasser  les seules analyses physiques et chimiques des sols et d’envisager des solutions culturales plus respectueuses de l’environnement et permettant peut-être de mieux aborder pour la vigne dans notre région, la question du réchauffement climatique.

A partir des trois ou quatre prélèvements sur la saison que vont effectuer ces étudiants sur des parcelles en BRF mais aussi en simple déchets verts, sur 5 parcelles dans notre département (2) pourront émerger des recommandations visant l’amélioration de la vie du sol qui intéresse au plus haut point les viticulteurs de notre vallée confrontés à la dureté des sols et à  la sécheresse.

(1)Le BRF ou Bois Raméal Fragmenté est obtenu en broyant plus ou moins finement des rameaux de bois et de jeunes branches ne dépassant pas 7 cm de diamètre provenant de feuillus ou de résineux. Cette technique venue du Canada est arrivé en Europe il y a moins de 10 ans.

(2) :C’est sur des parcelles en BRF ou simple déchet vert,  de culture locales : vignes, maraîchage, …de Tressere, Torreille, Elne, Prugnane et Estagel que va porter l’étude de ces deuxièmes années de l’IUT de Perpignan

24.06.2010

Apéritif terroir

DSCN4077.JPG

DSCN4073.JPGCe samedi 19 juin, à partir de 18 h 30, la place Mandela accueillait producteurs et consommateurs des produits du terroir dans le cadre d'une animation organisée par la fédération de Tourisme et Terroir dans les P.O. Pour trois euros les participants se voient dotés d'un verre de dégustation qui leur permet de déguster les vins présentés : Domaine des Tourdelles, Domaine Pons Gralet  ou les jus de raisins de Colomine d'Espira de l'Agly et de grignoter les tapenades du Moulin de l'Agly de Case de Pène. La soirée s'est poursuivie à 21 h avec le concert de l'Agram qui enchanta tous les spectateurs tant son répertoire ancien et nouveau reste d'actualité et  fait vivre la  richesse de la chanson catalane.

09.04.2010

Solidarité vigneronne

DSCN3586.JPG

Ce n'est pas un vain mot dans nos contrées du Fenouillèdes, pour preuve cette journée de défonçage en commun d'un groupe d'exploitants estagelois.

DSCN3592.JPGEn ces temps d'individualisme forcené et de crise économique qui pourrait pousser au repli sur soi, le monde paysan catalan et celui de la vigne en particulier dans nos terroirs reste toujours attaché à l'entraide ancestrale sur les lourds travaux  qu'un viticulteur seul ou avec sa famille ne peut réaliser. Consacrer une journée de taille pour un collègue malade ou acheter sous forme de Cuma, du matériel pour travailler la vigne, est une pratique connue dans le milieu agricole. L'entraide de ces hommes de la terre et du vin va parfois plus loin avec la réalisation en commun des arrachages et défonçages pour préparer la parcelle à la replantation. Ainsi six vignerons et viticulteurs se sont retrouvés sur la propriété de Michel Maurizard,  située sur le magnifique plateau de Marinols entre Tautavel et Estagel. Il s'agit alors, sur ces 45 ares de suivre l'engin de défonçage et d'enlever les anciennes racines de ce grenache noir arraché, pour cause de maladie, et les cailloux plus ou moins énormes  qui entravent la bonne réalisation du sillon. Cette tâche réalisée ensemble, va permettre un gain de temps pour l'exploitant qui sera lui-même mis à contribution pour un autre du groupe la semaine suivante et ainsi de suite...

DSCN3562.JPGCe sont aussi des moments de retrouvailles, où l'on échange sur le temps passé et aussi sur l'espoir qu'illustre notre exploitant-commandant des pompiers en disant que ces « moments font aussi la démonstration que certains d'entres nous résistent et croient en la valeur de leur terroir ». Alors sur cette aride mais magnifique terre du Fenouillèdes face au Canigou et aux Madres on se prend à rêver à la survivance d'un monde paysan et à ses valeurs de solidarité et de convivialité.

Ainsi, bien sûr  sous le ciel bleu catalan et à l'abri du petit casot d' « Emiliu » ces hommes et femmes termineront la matinée autour d'une succulente grillade catalane.