26.05.2013

Les travaux pour prévenir les inondations à Estagel

P1010046.JPG

Une réunion publique s'est déroulée à la salle Arago, conviée par le conseil municipal pour expliquer à la population l'avancée des dispositions et des réflexions en matière de prévention des inondations.

A la tribune ,Jérôme Dubost et Agathe  Girin étaient galement présents pour représenter  l’agglomération PMCA,aujourd’hui chargée des compétences en matière hydraulique. Une trentaine de personnes a écouté tout d’abord, l’introduction du maire : Roger Ferrer faisant état du compte rendu de la dernière rencontre avec le Préfet sur les intempéries des 5 et 6 mars derniers. IL s’agissait de comprendre les différences entre cette crue et les précédentes et d’en tirer rapidement un protocole d’actions permettant la maîtrise des débordements.

Cette rencontre avec l’autorité de l’Etat, a également, permis d’obtenir l’autorisation préfectorale pour réaliser les opérations de curage du lit de l’Agly. C’est ainsi que tout dernièrement  on a pu voir, les pompiers  procéder à l’évacuation par écobuage des végétaux et arbres, encombrants la circulation de l’eau du fleuve entre Estagel et Case de Pène. Est également programmée l’extraction des gravats avec l’aide de carriers professionnels. Après  ces travaux de  restauration effectués, il sera alors  urgent d’organiser l’entretien régulier.  D’ores et déjà  le Maire d’Estagel précise que : « La création d’un syndicat mixte à l’échelle du bassin versant de l’Agly  est programmé. Ce sera une sorte d’ASA pluri départementale,  puisqu’elle partira de l’Aude jusqu’à la mer . » Cet organisme regroupera toutes les communes en bord d’Agly et leur intercommunalité. Il  sera chargé de la gestion du Bassin versant . C'est-à-dire qu’il devra organiser les travaux d’entretien, enlever les gravats, couper les arbres qui gênent, replanter là où cela sera nécessaire.. .

Ces actions seront menées sur le lit du fleuve Agly  mais aussi dans ceux de ses affluents que sont la Boulzane, le Verdouble,Le Maury, Le Llinas etc… et bien sûr la Grave.., P1010225.JPGJérome Dubost, explique alors qu’ « un problème juridique et financier se pose sur ces rivières affluentes qui relèvent normalement d’une gestion privée. Ainsi sur les 5 km de la  Grave on a recensé 158 parcelles appartenant à 130 propriétaires qui sont censés entretenir le lit de ce cours d’eau qui fait partie de leur propriété ».  La solution retenue à ce jour entre les différentes collectivités et l’Etat , est un programme d’action : le PAPI (1) qui va permettre de  déclarer d’intérêt général les travaux d’entretien sur l’ensemble du Bassin Versant de l’Agly.

Ce sera donc au syndicat mixte qui va voir le jour, de réaliser ces interventions d’entretien. Une redevance, que le maire souhaite symbolique, pourra être demandée aux propriétaires. L’ensemble des interrogations sur les risques liés aux différents cours d’eau : le Fournaleau, le Llinas , le Tourtouille, le Rec del Mouli…. qui peuvent inonder le village font également partie de cette réflexion communes et des actions   vont être programmées. Les diverses questions de la salle, ont d'une part, montré l’intérêt porté par tous et d'autre part l’énorme travail de réflexion et de mise en œuvre qui ne fait que commencer.
Hélène Pons Gralet, mai 2013

(1) PAPI :  Programme d’Actions de Prévention des Inondations (PAPI) à l’échelle du bassin versant de l’Agly

12.08.2012

Prévenir le risque inondation dans la commune d'Estagel

Récemment une réunion publique ouverte à tous et organisée par la municipalité,  a rassemblé, salle Arago,  une trentaine d'habitants désireux de débattre sur la prévention des inondations à Estagel .Les responsables du service hydraulique de l'agglomération Perpignan Mediterrannée ainsi que les techniciens du bureau d'étude chargés du diagnostic « risque inondation dans la traversée d'Estagel »  ont ainsi pu expliquer, à l'appui d'un diaporama, les divers aménagements envisagés pour la protection du village.  La réflexion porte, sur les travaux hydrauliques  nécessaires autour de la Grave pour permettre de protéger le village des crues dévastatrices de ce torrent. Une DIG (Déclaration d'Intérêt Général) est envisagée par les élus prévoyant le nettoyage du lit en amont. Quant aux autres ruisseaux collinaires (Llinas, Branque, Fournalau, Tourtougues, Rec d'en Mouli et d'en Carbasse) il sont l'objet de calculs minutieux sur leurs capacités d'écoulement pour aboutir à des solutions d'aménagement les plus pertinentes possible. L'enquête actuelle, menées auprès des riverains particuliers, entreprises et commerce va permettre de dresser un état des lieux plus précis. Le maire,  Roger Ferrer a conclu la réunion en précisant que «  les objectifs sont de réduire la vulnérabilité du bâti face aux débordement des ruisseaux, ne pas augmenter les risques en aval, favoriser le stockage temporaire des eaux par des retenues en amont. C'est par ce biais que nous réussirons à assurer la protection des biens et des personnes.  »
Hélène Pons Gralet

13.12.2009

Novembre 2009 ...10 ans après où en est-on ?

DSCN3240.JPG

Le 12 novembre 1999, le déluge s'abattait de manière particulièrement cruelle sur Estagel, 10 ans après le maire revient sur ces évènements.

DSCN3243.JPGAux alentour de 21 h 00 telle une vague, l'eau boueuse montait à près de 2 mètres dans certaines habitations du village situées autour de la Grave. On dénombrera alors des conséquences matérielles désastreuses dans les maisons, mais aussi sur le territoire viticole, les aménagements urbains et routiers, auxquelles vont s'ajouter la douleur des deux décès provoqués par ces précipitations exceptionnelles. Outre les 72 h sans sommeil des pompiers, un formidable élan de solidarité humaine et financière se met en place très vite : le CCAS, la Croix rouge, les élèves de Jean-Lurçat, diverses collectivités dont la ville de Venissieux etc...

Une décennie plus tard, la blessure reste toujours visible dans caves et bas de maison qui ont gardé trace de cette violente montée des eaux, dans les têtes pleines de ces souvenirs d'apocalypse.

Roger Ferrer, maire actuel et son équipe ont œuvré dès leur prise de mandat pour organiser un  plan communal de sauvegarde. Le DICRIM (Document d'Information Communal sur les Risques Majeurs), distribué à chaque habitant en début d'année, va permettre de mieux cibler l'urgence notamment grâce à  un listing des personnes les plus faibles médicalement, que  les services médicaux et infirmières ont déposé en mairie. Par ailleurs, un automate d'appels, alerte la population en cas de catastrophe naturelle. Ce dispositif  qui consiste en un message vocal par téléphone, informe sur les risques potentiels et les consignes à suivre.  Enfin, le plan prévoit que le PC sera situé non plus à la mairie mais sur les hauteurs du village à la CCAS. Ces dispositions organisent également, entre les pompiers et les élus une répartition des tâches où chacun à une mission  précise en cas de crise.

DSCN3251.JPGSur le terrain, le PPR (Plan de Prévention des Risques), limitant la délivrance de permis de construire en zone inondable a été mis en place par la préfecture et arrêté, voici quelques années, après les inondations. Quant à la réflexion sur le réhaussement du pont et le rabaissement  de la Grave, elle est toujours en cours. Plus avancée, est la recherche de solutions  sur le lit du Llinas, l'une des trois rivières se déversant sur le village et très sensible aux crues. Ainsi, par l'intermédiaire de la communauté de communes il est envisagé la création d'un bassin de décantation et d'une digue de protection sur la plaine. Enfin, sur l'ensemble des cours d'eau les travaux d'entretien réguliers sont poursuivis. En ces jours de souvenir le maire voulait «  rendre un hommage à cette solidarité de centaines de bénévoles venus prêter main forte au village sinistré » et également rappeler le chemin parcouru pour éviter ou diminuer l'ampleur du désastre si la commune avait à subir encore de telles tempêtes.