21.10.2014

départ à la retraite en trio, à la commune d'Estagel

départ retraite,hélène ripoll,francis barris,conchita  serradell


C'est avec beaucoup d'émotions que les communaux et élus ont fêté, dans la salle du conseil municipal, les départs à la retraite de trois employés particulièrement bien appréciés de tous. Monsieur le Maire a tout d'abord présenté la biographie professionnelle de Mme COnchita Serradell qui du août 1989 à avril 2011 a travaillé à l'accueil où « son amabilité, sa disponibilité, sa discrétion et ses compétences  ont satisfait employeurs, collègues et bien sûr le public. Son départ anticipé pour pouvoir répondre à l'organisation d'une vie familiale prenante, n'ayant pas été fêté à ce moment là nous nous réjouissons de pouvoir l'honorer aujourd'hui ». Pour lHélène Ripoll ensuite, il sera rappelé qu'elle est employée à la commune d'Estagel depuis le 1er août 1982 et à temps complet à partir du 1er mai 1992. Roger Ferrer précisera que «  représentante syndicale , Mme Ripoll est une femme de caractère et de conviction qui a su toujours se mettre au service des employés et de son employeur. Appréciée pour sa bonne humeur et son franc parler elle nous quitte avec le grade d'adjoint principal de 2ème classe et nous lui souhaitons de bonnes et longues vacances ». départ retraite,hélène ripoll,francis barris,conchita  serradellQuant à Francis Barris affecté à la commune le 1er mai 1992 comme adjoint technique, il termine sa carrière dans son nouveau grade de technicien territorial qui le portera jusqu'au 1er février 2015. Au delà de cette période rajoute M Le Maire « nous devrons nous passer de « cet agent polyvalent a qui cette formulation va particulièrement bien . En effet, titulaire d'un CAP de maçon à la base, il passera les différentes formations pour obtenir les habilitations d'électricien, conducteur d'engin qui nous l'a rendu si indispensable dans l'équipe technique . Un démarrage au bas de l'échelle donc, pour arriver catégorie B de la fonction publique et à une retraite bien méritée que nous te souhaitons longue et agréable». Les participants ont ensuite partagés un pot de retraite offert par la commune.
Hélène Pons Gralet,septembre 2014

21.09.2014

un anniversaire sportif pour la classe 44

photoMontpellSept45.jpg

Dans le cadre des commémorations pour cette année 2014, un  anniversaire un peu particulier  aurait pu passer inaperçu sans la ténacité au devoir de mémoire d’un de ses principaux acteurs : Monsieur Henri Agusty.

 Né le 22 juin 1924, cet estagelois de souche appartient à  la  classe 44 qui incorporée aux tous premiers lendemains de la seconde guerre mondiale, va vivre une épopée sportive peu commune. Dans le village on connaît bien  ce grand monsieur très robuste du haut de ses 90 ans .Employé administratif à la cave coopérative d’Estagel il a aussi pendant des années  œuvré  bénévolement pour l’amicale des donneurs de sang. Aujourd’hui toujours  juché sur son vélo  il reste fidèle à sa jeunesse d’athlète et voudrait témoigner sur cette période un peu étrange où au sortir de la guerre, lui et sa classe vont faire 15 jours d’incorporation dans l’armée pour ensuite suivre une  formation sportive « pré militaire ». Il s’agit alors de se préparer à des  Championnats nationaux  dont la finale aura lieu en octobre 1945 à Constance. C’est ainsi qu’en septembre de la même année, Monsieur Agusty sera sélectionné aux rencontres régionales de Carcassonne qui font suite à des premiers jeux éliminatoires sur Béziers . Il fera alors partie de la délégation des   8 lauréats pour représenter la Région dans l’Allemagne occupée de l’époque. Parmi ces jeunes gens, tous âgés de 20 ans, deux autres catalans : Henri Villenove de  Villelonque de la Salanque et Robert Terillon de Perpignan vont l’ accompagner ,  ainsi que son ami  héraultais : René Molinier de Bédarieux , tous décédés aujourd’hui. Sur les trois autres co-équipiers, les souvenirs s’effacent et c’est ce qui pousse aujourd’hui Henri Agusty à témoigner, comme il nous le confie : « sur cette jeunesse de l’après- guerre qui va porter très haut, le flambeau de la compétition régionale et être récompensée par un formidable voyage sur le lac de Constance jusqu’à Innsbrück. Des moments de rencontre forte, sans prétention de performance. Je me rappelle seulement du nom du gagnant un certain Humbert de Toulouse, je ne me souviens plus de mon propre classement ni celui de mes camarades. » Seule l’inscription au dos d’ une photo  jaunie dévoile qu’ Henri Agusty a tout de même sauté , ce jour là à Constance : 1m62 et a  lancé le poids de 7kg257 à 10m51 ! Une tranche de vie qui rejoint la grande histoire d’Estagel à Constance et avec elle son interrogation sur la destinée sportive qu’aurait pu connaître notre nostalgique estagelois si les incertitudes de l’époque ne l’avaient ensuite emportées.  

Hélène Pons Gralet, septembre 2014

IMG_5753.JPG

21.07.2011

Le handball estagelois à l'honneur

Hand Clement Branco Juil11.PNGC'est avec un grand plaisir que nous apprenons qu'un jeune Estagelois défendra à la rentrée, les couleurs du Handball Club de Montpellier. Bercé dès son plus jeune âge par le ballon rond, Clément Branco Sucarrats, s'est distingué dans le club d'Estagel depuis sept ans sous la direction, notamment de Michèle Fabre. Il intégrera ensuite le HBC de Rivesaltes où ses entraîneurs vont le faire progresser très rapidement.

Ce gaucher, du haut de ses 1m84   repéré par David Degouy, directeur du centre omnisport de Mende va pendant un an effectuer un stage de ligue. Au bout de cette longue année d' entraînement de haut niveau, ce coach particulièrement compétent l'a conduit aujourd'hui aux portes du pôle espoir de Montpellier qu'il va donc rejoindre en septembre 2011. IL retrouvera Ludovic Fabregas, un autre catalan de Banyuls  son compagnon de stage pour vivre cette nouvelle et belle aventure.

Dans le pays du ballon ovale, il est donc aussi possible de percer dans le handball et nous souhaitons bonne chance à ces jeunes sportifs catalans. Pour notre estagelois Clément, nul doute que ses racines sportives et particulièrement celles de son arrière grand père Martin Sucarrats, champion cycliste en son temps et  qui nous a quitté il y a quelques mois, ne le trahiront pas.

26.06.2011

André Torreilles reçoit

andré torreilles,trompe l'oeil

Ainsi démarre un vibrant et poétique hommage à l’artiste estagelois  de renomné internationale par l’un de ses amis lui aussi homme du sensible à travers le théâtre, Roger Payrot (voir ci dessous le texte intégral) Ainsi s’annonce pour ce mois de juillet l’événement qui consiste à  découvrir, chez lui  à Estagel, les peintures les plus récentes d’André Torreilles. Dans la maison familiale où l’artiste a conçu, la haut dans son atelier, ses plus belles œuvres, où nous dit-il, il aime vivre  et travailler, depuis toujours, il donne enfin, ce premier rendez vous à ses amis et à son village et au-delà à tous ses admirateurs. Nous sommes, ainsi, conviés à  une  « brève promenade de la rue au jardin, un long parcours dans l’espace et dans le temps de la création  » nous dit le poête. « Mon parcours à moi…de la jeunessse à la vieillesse en passant par la mort…car au fond ma peinture ne parle que de cela… » rajoute André Torreilles. andré torreilles,trompe l'oeil

En effet,  la mort est partout dans ce cheminement. Pourtant, on se laisse aller à la regarder à l’admirer et bien sûr à  trouver une beauté magique dans ces tableaux. Peut-être parce que  cette grande  peinture pointilliste, amoureuse du détail, dans un contraste de couleurs et de nuances si justes, nous transporte au-delà des sensations d’angoisse et de terreur , dans le mouvement des corps , des tissus et du monde végétal si admirablement représenté ici. Le parcours s’achève à l’aube d’un jardin luxuriant, dans une immense pièce ou trône le puits offrant la fraîcheur à cette veille demeure  catalane. Au mur de cette pièce qui invite au repos de l’âme, un déversement d’étoffes et de couleurs chattoyantes , pour terminer au jardin sur une exposition d’aquarelles florales pleine de vie. Pour vibrer en suivant ce parcours d’une haute sensibilité  de l’artiste : rendez vous tout le mois de juillet au 13 avenue du Docteur Torreilles, tous les jours (sauf les lundis) de 16H à 20H et sur rendez vous 04 68 29 47 88 ou 06 71 63 37 53
 Vendredi 1er juillet l’exposition sera inaugurée par un vernissage à partir de 18H.
HPG

 

andré torreilles,trompe l'oeilAndré Torreilles reçoit...

Chez lui il présente ses nouvelles peintures, ou plutôt dans un chez lui agencé en galerie idéale, le peintre donne à voir le reflet de son être. Brève promenade de la rue au jardin - car nous sommes au théâtre- ; long parcours dans l'espace et dans le temps de la création.

Dans les continues métamorphoses de la maison d'enfance immuable et sans cesse réorchestrée, dépositaire du souvenir, de la trace du souvenir, du souvenir, du souvenir.

andré torreilles,trompe l'oeil Dans cet accrochage traversé de fantômes, rare rencontre de portraits bouleversés (et bouleversants), de chiffons froissés avec préméditation, de végétaux qui chantent le sacré. Et partout la mort, non pas celle qui anéantit mais celle qui digère, qui transforme, qui recompose et qui dépose sous nos pas la poussière d'images éteintes. florales.

 L'installation contruite par André Torreilles, réputé technicien par ailleurs, nous fait traverser les couches du sensible jusqu'à la transcendance. A la recherche des temps et des magies, si ces mystères nous dépassent, Nicolas Cussac n'a pas feint seulement d'en être le pieux organisateur.

Roger Payrot, juin 2011

03.08.2010

Palmes académiques à Maguy Redondy

Maguy Redondy née le 2 juillet 1946 vient de recevoir les palmes académiques des mains de Robert Blanc, ancien principal du collège Irène-Joliot-Curie d'Estagel qui lui a servi de parrain. La cérémonie s'est déroulée à l'Inspection académique en présence de monsieur Beck, inspecteur d'académie, de Jean Vila, maire de Cabestany et de Jean Claude Montes, président de l'AMO PA66. Madame Redondy a commencé en 1978, son travail comme agent de service au collège d'Estagel où elle y restera jusqu'à son départ à la retraite en septembre dernier. C'est entre autre cette fidélité et le cœur mais aussi la compétence et la chaleur humaine dans son ouvrage quotidien que tous ont particulièrement relevé. Toutes nos félicitations à Madame Redondy pour cette promotion.

21:16 Publié dans Portrait | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : palmes académiques |  Facebook | | |

13.08.2009

Mademoiselle a 108 ans

DSCN2921.JPG

Juliette Baudy, née le 1er août 1901, sans doute  doyenne du département et peut-être de la région a reçu les hommages de la mairie d'Estagel et de nombreux témoignages d'amitié pour fêter son admirable longévité.

La municipalité par l'intermédiaire du maire Roger Ferrer, et des  adjointes Suzanne Wolf et Anne Jacob, s'est rendue au domicile de  Mademoiselle Baudy où déjà voisins et amis entouraient la vielle dame. Quant on l'interroge sur sa longévité, mademoiselle répond avec humour que peut-être  le muscat ???? En réalité cette fille de vigneron n'a pas oublié que c'est son père Joseph Baudy qui apportera au village le savoir faire du vin doux. Et ses souvenirs ne s'arrêtent pas là. DSCN2939.JPG

Véritable mémoire du village, Juliette se rappelle son enfance et sa jeunesse dans un Estagel, très animé « où tout le monde sortait, où on faisait le tour des ponts et où on passait la veillée entre voisins ». Sur presque chaque famille du village qu'elle a connu, elle peut raconter une partie d'histoire : avec des dates, des anecdotes. Cette demoiselle de 108 ans nous rappelle qu'elle a connu deux guerres, de nombreux présidents de la République (qu'elle pourrait encore citer dans l'ordre), les deux grandes innondations l'aiguat de 40 et celui de 1999, un Perpignan de 30 000 habitants. Sa vie d'alors est celle d'une jeune fille et femme de la notabilité locale : des études en pensionnat en Espagne (Port Bou), des travaux de couture et l'aide aux diverses tâches de la maison. Son secret réside sans doute dans sa grande curiosité sur le monde et les hommes et femmes d'avant mais aussi d'aujourd'hui. DSCN2931.JPG

Cette disposition d'esprit lui fait porter un regard très serein sur la société actuelle que sa vue déclinante ne lui permet plus de découvrir à travers les livres mais qu'elle  continue d'observer via le petit écran. Bien entourée par une chaleureuse convivialité des voisines, les aides ménagères et infirmières toutes aussi dévouées les unes que les autres et les visites de sa nièce Françoise nous donnons rendez vous à mademoiselle dans quelques mois pour fêter son anniversaire suivant. Il semble en effet que l'air estagellois  soit particulièrement favorable aux centenaires puisque outre mademoiselle, Marinette Fournet a  fêté ses 100 ans en mars et Ana Devèze ses 101 ans  en octobre.

Per mult anys à toutes ces dames.

14:26 Publié dans Portrait | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : 108 ans, baudy |  Facebook | | |